maladie de lyme traitement naturopathique

Maladie de Lyme et traitement naturopathique

Ayant pour origine la bactérie Borrelia Burgdorferi, la maladie de Lyme est une maladie infectieuse causée par la piqure d’une tique elle-même contaminée. Évolutive, la maladie de Lyme touche la grande majorité des organes mais aussi les articulations et le système nerveux. Difficile à détecter, son diagnostic prend généralement plusieurs années. Mieux connue que par le passé, la maladie de Lyme peut être extrêmement grave si elle n’est pas traitée à temps à travers l’administration d’antibiotiques adaptés ou d’une cure naturopathique.

Mais alors, qu’est-ce que la maladie de Lyme ?

Les causes et les symptômes

Comme précédemment mentionné, la maladie de Lyme est causée par la piqure d’une tique infectée par la bactérie Borrelia Burgdorferi. Très exposés, les agriculteurs ou les personnes travaillant en pleine nature doivent être extrêmement vigilants surtout durant le printemps. Effectivement, on estime que près de 90% des personnes infectées par cette bactérie le sont de mars à juin. Bien qu’il est indispensable de se protéger d’une éventuelle piqure de tique pendant vos randonnées ou balades en forêt en portant des vêtements couvrants, vous devez aussi protéger vos animaux de compagnie qui peuvent d’une part être infectés et d’autre part vous le transmettre si la tique venait à vous piquer ensuite.

Après la contamination, aucun symptôme visible ne se manifeste, du moins pas tout de suite. En effet, l’une des grandes caractéristiques de la maladie de Lyme est sans absence de symptôme et des trois phases d’évolution. C’est d’ailleurs durant ces phases que les symptômes peuvent apparaître. Parmi eux, on retrouve les maux de tête, la perte d’audition, les nausées et les vomissements.

La première phase

La première phase de la maladie de Lyme est caractérisée par le premier symptôme visible de l’infection. En effet, quelques jours après la piqure par la tique, une lésion superficielle apparaît. Nommée l’érythème chronique migrant, cette lésion de forme ovale ou ronde mesure jusqu’à 40cm avec un tour en principe plus rouge que le centre. Très caractéristique de cette bactérie, cette tâche rouge sur la peau ne démange pas et est en général localisée au niveau des jambes. 

En complément de cette lésion, des migraines, des douleurs au niveau des articulation et une légère fièvre accompagnée de ganglions peuvent apparaître mais ce n’est pas systématique.

Sans aucun traitement, la lésion finira par disparaître après avoir atteint son stade d’expansion maximale.

La deuxième phase

La deuxième phase peut arriver quelques semaines voire plusieurs mois après la première. C’est d’ailleurs souvent à ce stade que la maladie est détectée. Avec des symptômes plus visibles, cette deuxième phase se caractérise par l’apparition de lésions identiques à celle précédente mais en plus grand nombre. Les patients souffrent aussi des douleurs articulaires voire de crises d’arthrite, de troubles cardiaques pouvant entraîner des syncopes, des palpitations et des douleurs au niveau du thorax. Au niveau neurologique, la maladie de Lyme peut conduire à une méningite.

La troisième phase

Troisième et dernière phase de la maladie de Lyme, ce stade de l’infection intervient plusieurs années après la contamination. Très visible, les lésions cutanées se sont transformées en maladie de Pick Herxheimer qui se caractérise par une atrophie de la peau et un lymphocytome cutané bénin visibles par des nodules au niveau du front et du lobe de l’oreille. Les douleurs articulaires se font à nouveau ressentir et les troubles neurologiques s’aggravent. En effet, sans traitement, la maladie de Lyme évolue jusqu’à atteindre la moelle épinière ou le cerveau à travers des manifestations neuro-psychiatriques différents d’une personne à l’autre.

Diagnostic et traitement de la maladie de Lyme

Dès qu’un potentiel lien entre les symptômes du patient et la maladie apparaît, le médecin procédera dans un premier temps à un électrocardiogramme afin de détecter les troubles cardiaques caractéristiques causées par la contamination. S’ensuit un examen neurologique approfondi afin de mettre en évidence l’inflammation d’un nerf en particulier. Cependant, il arrive que tous les examens médicaux n’aboutissent pas et que la maladie ne soit diagnostiquée que par des observations cliniques. Indétectable dans le sang, l’infection causant la maladie de Lyme peut cependant être mise en lumière dans le liquide céphalo-rachidien. En effet, une ponction lombaire indiquera la présence ou non d’anti-corps caractéristiques de la maladie.

Même sans traitement, il est rare que la maladie atteigne la troisième phase. Cependant, il est possible de neutraliser voire éradiquer le germe si l’infection est traitée dès le début de la première phase. Dans le cas contraire, il faudra adapter le traitement à chaque phase stade de la maladie. De plus, la maladie n’a pas les mêmes effets sur tous les individus, il est donc indispensable de trouver celui qui convient à chacun. Bien que les doses soient variables d’une personne à l’autre, la base reste la même : un corticoïde et un antibiotique. A noter que l’on peut aussi soigner la maladie de Lyme en suivant une cure naturopathique.

Comment éviter l’infection ?

Pour éviter d’être contaminé, il suffit d’adopter des gestes simples au quotidien. Tout d’abord, il est préférable d’opter pour des vêtements couvrants de couleurs clairs afin d’une part d’être protégé et d’autre part de détecter facilement les possibles insectes dessus. Après une promenade, procédez à une inspection de votre peau pour vous assurer qu’aucun tique ne soit présent sur vous.

Si vous constatez qu’une tique est accrochée à votre peau, vous devez impérativement la retirer. Pour y parvenir, utilisez un tire-tique qui se trouve facilement en pharmacie et désinfectez bien la plaie. Si vous constatez l’apparition d’une tâche rouge au niveau de la piqure dans les semaines qui suivent, consultez rapidement votre médecin.

Silencieuse par cycles, douloureuse par d’autres, la maladie de Lyme a été pendant très longtemps méconnue. En effet, il fallût attendre 1969 pour que le premier cas soit documenté et encore 1975 pour que l’infection soit officiellement nommée « maladie de Lyme » par Allen Steere. Suite à une épidémie dans une commune éponyme du Connecticut, une équipe d’épidémiologistes s’est intéressée à ce phénomène avant de mettre un nom sur ce mal mystérieux.

Stéphanie

Tous les articles de Stéphanie
Je m'appelle Stéphanie, je suis une passionnée de nature et de bien-être au sens large. Je passe une grande partie de mon temps libre à me documenter sur les bonnes pratiques pour améliorer ma santé au quotidien. Je partage avec vous mes trouvailles et les astuces qui fonctionnent !

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de